Les points communs entre la nourriture chinoise et italienne sont les saveurs exceptionnelles, le plaisir gourmand, les pâtes, les kilos en trop, la culpabilité et la souffrance de la diète qui suit… Un merveilleux plat de spaghettis vaut peut-être tout l’or du monde mais vaut-il des mois de restrictions alimentaires ? A chacun sa réponse, mais en tout cas, en abuser n’est pas très conseiller pour ne pas à subir la flagellation du régime.

Il est vrai que les pâtes sont sources d’énergie, ainsi, avant une grande activité physique elles constituent un excellent carburant. Donc s’il est conseillé d’en manger avant un triathlon, si ce n’est pas le cas, vaut mieux s’abstenir d’en consommer. En gros, la source de cette poussée magique de vitalité est due aux hydrates de carbone. Et lorsqu’on n’effectue pas un sport ou un travail pouvant brêler ces calories, on se retrouve avec un surplus directement stocké et transformé en graisse. Une fois emmagasinée, ce trop-plein s’agglutine et avec le temps, devient de plus en plus difficile à éliminer. Et c’est là qu’on devra réellement, d’une manière ou d’une autre, se le courir ce marathon. Le plus judicieux serait alors de ne pas en manger fréquemment, et pour les plus incorrigibles se fixer un emploi du temps des menus par semaine. De ce fait, l’autodiscipline s’instaurera et les habitudes alimentaires changeront avec. C’est d’ailleurs, cette hygiène de vie qui confèrera au corps santé et bien-être. Mais comme se priver n’est pas toujours la plus facile des solutions, le mieux est de consulter un nutritionniste capable de gérer nos envies et nos besoins.

Les pâtes sont un exemple des aliments à ne pas abuser et même si c’est dur, vaut mieux prévenir que maigrir !

Garder la ligne : à bas les pâtes !

| Blog |
A propos de l'Auteur
-